SVALBARD

 

Qui peut dire qu’il a été voir les icebergs? Les ours polaires? Ou encore avoir le jour 24h/24?

Description et conseils d’un des voyages les plus magiques qu’il nous ait été donné de faire. À la limite du pôle nord, dans le cercle polaire, nous avons été émerveillé par cette île très peu connue du grand public mais qui en vaut définitivement le détour.

 

 

 

NAB_8075

 

 

Mon petit frère, pilote, avait obtenu une mission de 6 mois dans le nord de la Norvège, ainsi qu’au Svalbard. Cette île qui appartient à l’Europe mais qui a son fonctionnement propre à elle.

Etant féru de voyage dans des endroits qui n’ont pas encore été défigurés par le tourisme, nous n’y avons pas réfléchi à deux fois.

C’est donc après une semaine passée dans les lofoten, que nous avons pris le vol direct depuis Tromso pour Longyearbyen, ville de 2.500 habitants, au Svalbard.

Nous avions décidé de jouer le tout pour le tout et de participer à une excursion unique de 4 jours, en camping au pied d’un glacier.

En été, les températures équivalent à nos hivers à nous en France, autour de 0 ou -2 degrés. Je suis très frileuse, mais si on est bien habillé et qu’on évite de se mouiller (en utilisant des vêtements imperméables en cas de pluie), c’est gérable.

 

 

NAB_8080

 

 

DANS LA VALISE

 

UTILE

Passeport (le Svalbard ne fait pas parti de l’espace SCHENGEN)
– Appareil photo reflex (rapide et bonne qualité photo)
– Bon objectif (j’avais un 70-300 mm pour prendre l’ours ou les phoques)
– Une batterie de rechange (avec le froid, ça descend vite, et il n’y a nulle part pour charger)
– Appareil photo tout terrain (non n’en avions pas, mais ça sera notre prochain achat: un type Olympus qui puisse aller sous l’eau par exemple)

POUR DORMIR

– Il fait froid la nuit, donc prévoir un bon sac de couchage (nous avions loué un -18 degrés max)
– Un petit coussin gonflable
Un sac à viande chaud à mettre dans le sac de couchage
– Des grosses chaussettes
– Un jogging chaud
Un masque pour les yeux si la lumière vous dérange
– Des boules quiès

S’HABILLER

– Une veste de ski
– Une doudoune type Uniqlo pliable
– Des collants thermiques à mettre sous le pantalon
– Pantalon imperméable et chaud
– Deux grosses paires de chaussettes en laine (ou ski)
– Une écharpe
– Un bonnet
– Des moufles (ça vous sauve la vie)
– Des sous gants
– Deux odlo (sous vêtements thermiques)
– Deux polaires ou pulls en laine

 

 

NAB_8082.jpgCoucher de soleil – 00:25 AM

 

 

SVALBARD

 

Nous partions directement depuis la Norvège, puisque nous avions déjà passé une semaine dans les lofoten.
Départ le lundi 27 août à 12h25 de Tromso, arrivée 14h à Longyearbyen.

L’avion est plein, la majeure partie des gens sont des retraités.
Nous avons eu de la chance car mon frère nous a laissé sa voiture à l’aéroport (il est interdit de fermer les voitures à clés à cause des ours polaires) ce qui nous a permis d’arriver rapidement dans notre hôtel. Sinon il y a des bus qui font les trajets quotidiennement, ou alors un peu plus onéreux : les taxis.

En fait la ville est beaucoup plus grande que ce que je pensais, et il faut plus d’une heure de marche pour atteindre l’aéroport.

 

Nous avons logé là :

Coal Miners’ Cabin
Auberge de jeunesse
Environ 120 euros la nuit
Longyearbyen 9171, Svalbard et Jan Mayen

Ils ont un bar et un restaurant (pas terrible), et des canapés comme salle commune.

Première nuit mouvementée car ici il ne fait pas du tout nuit fin août, le ciel s’obscurcissant seulement un peu. Et il faut dire qu’il y avait beaucoup de bruit dans le bâtiment, étant des cabines construites durant le temps des mines de charbon.

 

NAB_7949.jpg

 

 

PROGRAMME

Excursion avec Svalbard Wildlife Expedition
1200.- environ pour 4 jours (mais ça en vaut mille fois la peine)

Ce qui est compris dans le prix : matériel fourni, tentes, vêtements imperméables pour kayak, nourriture, guide, fusil pour les ours et fusée de détresse

Départ mardi 28 à 8h, kayak entre les icebergs. Camping
Mercredi 29, Hiking sur le glacier. Camping
Jeudi 30, Hiking sur une des montagnes proche du campement. Camping
Vendredi 31, découverte de la ville Barentsburg. Retour

 

NAB_7898.jpg

 

 

Le mardi matin, départ avec notre guide Erlend à 8h, qui vient nous chercher nous et le groupe à nos hôtels. Nous sommes 7, avec un beau mix :
Un russo-américain, un finlandais, un australien, une française, mon danois et moi.
Et il faut dire, qu’on s’est bien marré!

Direction le bateau, après avoir fait le plein de matériel (nous avons pris des sacs de couchage plus chaud, et nous avons bien fait!), qui nous emmène au pied du glacier où nous allons camper.

Rien que la traversée est magique.. Si tôt le matin les couleurs sont incroyables, nous avons en plus droit à un temps exceptionnel, sans un seul nuage.

 

 

NAB_7934.jpg

 

 

Le campement est déjà monté, avec 5 tentes pour deux personnes et une tente principale assez grande pour abriter le matériel, la cuisine et le poêle (oooo bonheur!).
Nous nous divisons les tentes et après un déjeuner rapide, on part avec nos tenues de pingouin faire notre tour en kayak. Bien sûr, la première peur est de se retourner dans l’eau glaciale, mais au final c’était très stable.

Nous avons pu aller près du glacier, mais tout en respectant une bonne distance lorsque des pans entiers tombait dans l’eau. C’était magique. 

 

 

NAB_7915.jpg

 

 

Retour au campement, première nuit glaciale, et surtout premier tour de garde!
Car il faut le savoir, sur cette île à 2500 habitants, il y a également 3000 ours polaires. 
Et puisque c’est une espèce protégée et très dangereuse, nous devions nous assurer qu’aucun ne venait près du campement.
Nous appréhendions un peu tous, car nous n’avions jamais vu d’ours de notre propre yeux. Qui plus est, il était difficile de distinguer l’animal des morceaux d’icebergs échoués. Mais au final, le Svalbard est une zone aride sans végétation, et il faisait jour 24h/24.

 

 

NAB_7923.jpg

 

 

Le lendemain nous partons vers 14h faire la grimpe sur glacier, et c’était exceptionnel même si trop court. Nous avons bien ris, et c’était magnifique!
En descendant, d’énormes morceaux du glacier étaient tombés, ce qui nous a permis de faire des photos absolument exceptionnelles. Et un beau coucher de soleil a minuit en arrière plan pour notre plus grand bonheur.

C’est de retour au campement que les choses se sont corsées, car nous avions décidés de longer la plage tout en nous retournant je ne sais combien de fois pour observer la lumière descendante sur le glacier.

Jusqu’à ce que….

 

 

NAB_8066.jpg

 

 

Une fusée de détresse explose de l’autre côté de la rive.
Nous savions ce que c’était, le campement avertissait ou effrayait un ours polaire à proximité. Mais puisque c’était sur la rive opposée, nous pensions que c’était de leur côté, sauf que nous nous sommes retrouvés nez à nez avec l’ours!

Il était en fait à 50 mètres de nous, et nous marchions l’un vers l’autre.

L’ours ne nous a à peine regardé, et a commencé à aller dans l’eau pour la chasse au phoque. Ce n’est qu’arrivé au campement que nous avons compris pourquoi il n’a pas été agressif envers nous.

 

 

NAB_8132.jpg

 

 

En effet, plus nous nous approchions des tentes, plus nous trouvions des papiers de chocolat par terre!

Il s’est fait un festin avec nos vivres.

Toutes les tentes dans lesquelles nous dormions étaient déchirées, l’animal étant à la recherche de comestibles. Il a adoré les friandises de notre ami Finlandais, ainsi que son dentifrice.

La tente principale était sur ses quatre pieds, mais l’intérieur équivalait au résultat d’un éléphant dans un magasin de porcelaine! 
Nous étions mort de rire malgré notre fatigue (il était 1h du matin), et notre inquiétude.
Car nous devions passer la nuit tous ensemble dans cette dernière et nous savions que l’ours pouvait revenir. 

 

 

NAB_8144.jpg(Avec la patte de l’ours)

 

 

En revanche nous étions estomaqué par l’intelligence de la peluche, car il a réussi à ouvrir nos boîtes en métal, déchiré les tentes d’un coup de griffe et même à dévisser le pot de confiture!

A 2h du matin, après avoir démonté les tentes, monter notre micro campement dans la tente principale, et avoir mangé une horreur lyophilisée, je suis partie prendre le premier tour de garde de la nuit.

Mon Danois devait me relayer à 3h.

 

NAB_8080.jpg

 

 

Et là, à 2h50 à 500 mètres de nous, entrain de marcher nonchalamment dans notre direction pendant que les autres dormaient…

La première réaction que j’ai eu en voyant l’ours dans les jumelles fut « mon dieu… c’est magnifique.. ».
Puis l’instinct de survie :  » … oh oh ! » Et j’ai couru comme une dératée jusqu’au campement avertir notre guide.

Erlend est sorti de la tente, venu avec moi au sommet de la colline avec mon Danois pour vérifier si c’était bien un ours, et au bord de la plage le gros patapouf se baladait tranquillement.

 

NAB_8110

 

 

 

Nous sommes alors tous descendu à la tente, nous mettre en groupe (cela permet de confronter l’ours en masse plutôt que d’être isolé), et nous avons attendu qu’il arrive assez proche du campement pour pouvoir voir sa réaction lorsqu’on utilisera la fusée de détresse.

Ces animaux étant une espèce en voie de disparition, tout est fait pour les protéger.

Et là… Au sommet de la colline… Il est apparu.

A couper le souffle. Nous sommes restés sans parole pendant plusieurs secondes, à nous dévisager l’un et l’autre.

Il étudiait notre groupe comme un animal curieux, et avant qu’il sache que faire de nous, Erlend a lancé deux ou trois fusées.
Le bruit les effraye en règle générale, et notre peluche ne devait pas encore être habitué. Il s’est tourné en courant, et a disparu.

 

 

NOURS copie.jpg

 

 

Après avoir repris nos esprits, mon Danois a pris son tour de garde jusqu’au suivant, et nous avons essayé de dormir tant bien que mal après toutes ces émotions à 7 dans une petite tente.
Le lendemain, après avoir dormi 3 ou 4h, nous devions tout démonter et ranger pour que le bateau puisse venir nous chercher.

En effet, le gouverneur a décidé de rapatrier tous les campements des alentours car c’était trop dangereux. Trois ours avaient été vu peu loin de nous, en plus de celui que nous avons effrayé pendant la nuit.

Notre séjour étant plus court, nous avons simplement interverti notre programme, en profitant d’aller visiter Barentsburg ce jour là.

 

 

NAB_8190.jpg

 

Ville Russe, une ancienne mine, quelques boutiques et des habitations, nous profitons avec notre groupe de notre heure de découverte pour aller boire une bonne vodka.
Et en retournant à notre bateau, nous nous rendons compte plus mort de rire qu’inquiet, qu’il était déjà parti, sans nous, avec notre guide!

Après 10 min à l’observer de loin, sous la pluie, et les larmes aux yeux tellement on riait, on le voit faire demi tour. Notre guide si attentionné s’est rendu compte que nous n’étions pas à bord, et c’est accoudé à la barre qu’il nous attend avec un sourire jusqu’aux oreilles en secouant la tête!
Les passagers n’étaient pas content, mais nous, nous avions de beaux souvenirs et de beaux fous rires. 

 

 

NAB_8124.jpg

 

 

L’agence nous offrait une nuit à l’hôtel, et le lendemain était prévu la randonnée sur une des montagnes aux alentours de Longyearbyen.

M’étant fait mal à la cheville durant celle sur le glacier, qui ne s’est pas arrangé avec ma course après avoir vu l’ours, je n’ai pas pu les accompagner.

Mais à ce que j’ai compris, et après avoir vu mon Danois pourtant très peu frileux rentrer en tremblant de froid, j’avais bien fait!
Ils ont essuyés une belle tempête de pluie et un vent hallucinant ne permettant pas de voir à 10 mètres.

Quoi qu’il en soit, c’est franchement triste que nous nous disons au revoir après un dernier dîner.

 

 

NAB_8039.jpg

 

 

EN RESUME 

Non seulement l’expérience en soi était absolument exceptionnelle, augmentée par le fait d’avoir croisé un ours polaire deux fois dans la journée, mais nous avions en plus un groupe drôle, curieux et qui n’avait pas peur aux yeux.

Nous  nous sommes éclatés. 

C’est sûr que ce voyage est un vrai budget, je me suis saignée pour y arriver. Mais je peux jurer que les souvenirs et les moments passés valent tout l’or du monde. 

Tous les voyages que je fais me font grandir, et changent une petite partie de ma personnalité.

Je reviens mélancolique, fatiguée et sans le sou, mais si j’avais la possibilité, j’y retournerai dès cet hiver pour profiter des aurores boréales et la lumière surréaliste qui y règne.

FONCEZ!

 

NAB_7883

 

NAB_7899

 

NAB_7912

 

NAB_7960

 

NAB_7988

 

NAB_8013

 

NAB_8077

 

NAB_8093

 

NAB_8104

 

NAB_8135

 

NAB_8142

 

NAB_8178

 

Photo Aug 28, 2 50 08 PM

4 réponses sur « SVALBARD »

  1. Bonjour j’aime aussi votre blog et j’adore Svalbard, je n’ai pas encore écrit un post sur ça dans mon site lakwatsa.net mais je compte bien le faire 🙂 Quand j’ai fait la garde de nuit je n’étais pas sûr si je voulais voir un ours polaire… mais quelle expérience , vous avez eu! A++ A

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s